Nadia Pellefigue : « Cette semaine est cruciale »

Temps de lecture : 2 minutes

À la tête de la liste Une (PS-PC-PRG), Nadia Pellefigue met toutes ses forces dans la dernière ligne droite des municipales. Il lui reste une semaine pour faire mentir les sondages, qui la place en troisième position au premier tour.

Nadia-Pellefigue
© Philippe Salvador – Le Journal Toulousain (archives)

« Gagner, c’est possible », veut croire la candidate de la liste Une (PS-PC-PRG). Vu la troisième place sur le podium du premier tour que lui prédit le dernier sondage, Ifop/Fiducial, Nadia Pellefigue aborde la fin de la campagne municipale avec l’impérieuse nécessité de convaincre les Toulousains : « Il peut encore se passer beaucoup de choses », assure-telle. Porte-à-porte, distribution de tracts dans les boîtes aux lettres, aux ronds-points et aux sorties de métro, « balades urbaines » à la rencontre des habitants, le mouvement jette toutes ses forces dans la bataille. « Cette semaine est cruciale dans la détermination du choix des électeurs », rappelle-t-elle, en s’appuyant sur une étude d’opinion d’Odoxa publié par le Figaro le 26 février qui indiquait que plus de 4 Français sur 10 étaient toujours indécis, à 17 jours du scrutin.

Un meeting virtuel

Nadia Pellefigue courra cette dernière ligne droite avec un handicap par rapport à ses adversaires : elle ne tiendra pas de rencontre publique. Dès vendredi soir, elle annonçait sa décision d’annuler celui initialement prévu ce mardi 10 mars à la Salle Jean-Mermoz, afin de limiter la propagation du coronavirus. « Pourtant, j’adore ces moments de communion militante et je gagne généralement des points dans l’exercice oratoire. Cela a été un choix difficile à faire ». Certains le critiquent, un membre d’Archipel Citoyen évoquant ce week-end « un suicide politique »…  « Je ne suis pas dans cette sorte de petits calculs. Je ne m’amuse pas. Diriger la quatrième ville de France, cela appelle à prendre ses responsabilités ». C’est un meeting à huis clos qu’elle donnera donc, ce mardi 10 mars, à 20 h 30, sur les grandes plateformes en lignes (Facebook, Twitter, Periscope, YouTube, etc.), « d’un genre totalement nouveau, directement chez les Toulousains ».
En revanche, il n’est pas question pour la candidate de demander le report du scrutin. « Au grand jamais, cela ne ferait qu’amplifier les craintes ». Un sondage Ifop publié par 20 minutes, ce lundi 9 mars, indique que 28 % des Français envisagent de ne pas aller voter à cause du coronavirus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here