Archipel citoyen dévoile son programme de transition économique

Temps de lecture : 2 minutes

Fin de la course à la croissance, développement de filières locales répondant à l’urgence climatique et d’emplois utiles à la collectivité… C’est un changement de paradigme économique que propose la liste d’Archipel Citoyen pour le mandat municipal à venir.

Le programme de « transition économique » d’Archipel citoyen ambitionne de réduire les « fractures sociales et territoriales, dans un contexte d’urgence environnementale » synthétise son leader Antoine Maurice. Cela doit passer d’abord, selon lui, par une stratégie de diversification, au sein d’une ville « trop dépendante des secteurs aéronautique et spatial ou de l’intelligence embarquée. » Il s’agira donc de « développer des initiatives de création et de relocalisation d’activités, sous des formes coopératives, en s’appuyant sur le maillage associatif de la métropole ». 

Les secteurs-clés de la transition écologique seront soutenus en priorité : agriculture urbaine, rénovation des bâtiments, énergies renouvelables, mobilité douce, réparation et recyclage. Autant de filières pourvoyeuses d’« emplois-climat » : « Ce sont des postes porteurs de sens et d’utilité pour la communauté. Nous voulons faire de Toulouse la ville française où il s’en crée le plus », annonce la colistière Hélène Cabanes.

Une marge de manœuvre réduite

Conscient que l’économie n’est pas une compétence exclusive d’une municipalité, Antoine Maurice souligne toutefois que celle-ci « mettra tout en œuvre pour corriger les inégalités sociales et de genre d’accès à l’emploi ». Ainsi, toute réponse à une commande publique devra satisfaire à de stricts critères environnementaux et sociaux. Toulouse candidatera pour devenir un territoire zéro chômeur de longue durée, si ce dispositif national est pérennisé. Et un maillage territorial sera effectué : « Nous devons nous servir des outils existants, pépinières, incubateurs, coopératives, tiers lieux, pour développer l’activité, en particulier dans les quartiers prioritaires », déroule Michel Kaluzszynski colistier et entrepreneur dans l’économie sociale et solidaire. 

Parmi les autres propositions d’Archipel citoyen figure enfin le refus de l’ouverture des zones commerciales le dimanche. Une mesure qui résume une partie de la pensée économique du mouvement : « La culture de la consommation ne peut pas être permanente. Il est important de passer du temps avec ses proches, de privilégier la qualité de vie », conclut Hélène Cabanes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here