Handicap : Nadia Pellefigue veut rendre Toulouse accessible

Temps de lecture : 2 minutes

Dans son programme pour les municipales de mars, Nadia Pellefigue s’engage à mettre en œuvre la loi sur le handicap et à le prendre en compte dans chacune des politiques publiques de la ville.

Nadia Pellefigue bouclier vegetal © Une

La loi sur le handicap, adoptée en 2005, est bien connue de nos édiles : elle leur impose notamment de rendre l’espace public accessible aux personnes à mobilité réduite. « La mise en œuvre effective a trop tardé. C’est pour nous une obligation de résultat, et de délai. Une condition primordiale pour permettre à tous d’exercer les actes de la vie quotidienne et de participer à la vie sociale », s’engage Nadia Pellefigue, tête de la liste Une (PS-PC-PRG).   
Partant du principe que « personne n’est à l’abri de se trouver un jour, temporairement ou non, en situation de handicap », elle en déduit que « sa prise en compte dans toutes les politiques publiques profite à tous ». Enfance et éducation, déplacements, habitat, sport, culture, loisirs, gouvernance… Tous les domaines de compétence de la collectivité devraient être impactés, selon la candidate.

Inclure les handicapés dès le plus jeune âge

En ce qui concerne les transports, Nadia Pellefigue propose de renforcer les dispositifs existants, comme Mobibus, et de mieux former les chauffeurs dans l’utilisation du matériel. Aux bailleurs sociaux, elle demanderait la mise en place d’ascenseurs dès le premier étage des immeubles et la construction de logements 100 % adaptés. « Nous souhaitons aussi développer l’habitat participatif de personnes en situation de handicap », ce qui leur permet de mutualiser les équipements et les aides et de lutter contre l’isolement. Dans les espaces publics, il y aurait une tolérance zéro pour les stationnements sauvages ou sur les places réservées. Et les installations sportives, culturelles ou de loisirs de la ville devraient toutes être accessibles.

Celle qui brigue le Capitole insiste enfin sur l’inclusion : « Elle doit commencer dès la petite enfance, moment où se forge la personnalité à partir du regard des autres et de la possibilité de se sentir partie prenante d’un groupe. » Parmi ses idées, celle d’équiper toutes les aires de jeux d’un dispositif adapté, comme une balancelle pour fauteuil. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here