Mélenchon à Toulouse : « Se servir des municipales pour donner une leçon à LREM »

Temps de lecture : 2 minutes
Jean-Luc Mélenchon et Manuel Bompard manifestant contre la réforme des retraites

En ce jeudi 20 février, dixième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, Jean-Luc Mélenchon est à Toulouse, où il tiendra un meeting en soirée aux côtés de Manuel Bompard. Le leader de La France insoumise a aussi évoqué ses craintes et ses objectifs pour les élections municipales de mars.

« On n’a jamais vu ça : à quatre semaines des élections, on a l’impression que tout le monde s’en fout ! Je ne sais pas en quoi il s’agit d’un signe annonciateur… » s’inquiète Jean-Luc Mélenchon, en ce jeudi 20 février. Pour la dixième journée de manifestations nationale contre la réforme des retraites, le leader de la France Insoumise a choisi la Ville rose pour tenir meeting, dans la soirée, aux côtés du député européen LFI Manuel Bompard. Et il ne peut s’empêcher de faire le lien entre la lutte qu’il mène depuis le début de la semaine à l’Assemblée nationale contre le projet de loi phare du gouvernement et le scrutin à venir : « Je pense qu’il va y avoir un réflexe de mobilisation. Les gens vont se dire “puisque LREM me gâche ma retraite, je vais lui gâcher ses municipales !” J’espère que certains vont aller voter pour punir la majorité. Il faut se servir des élections pour lui donner une vraie leçon », assène l’ancien candidat malheureux à la présidence de la République.

Le pari de la dynamique citoyenne

Jean-Luc Mélenchon rappelle la raison de la présence des candidats toulousains de La France insoumise sur la liste d’Archipel Citoyen : « Nous faisons le pari de la dynamique citoyenne. C’est le moyen d’élever le niveau général des consciences. » Et à ceux qui lui font remarquer la relative discrétion de son mouvement dans cette campagne, il répond : « Nous ne faisons pas la course aux apparitions publiques. Nous sommes inscrits dans d’innombrables listes citoyennes dont nous respectons le cadre, sans sectarisme. » Le leader glisse pour finir que si LFI ne compte quasiment pas de tête de liste, « c’est parce que les Verts ont à chaque fois menacé de partir seuls s’ils ne les obtenaient pas ». Avant de rejoindre le cortège des manifestants contre la réforme des retraites, Jean-Luc Mélenchon lance : « Il existe un fort dynamisme social ici, c’est comme à Marseille. Moi qui fais sans cesse le tour de la France, je peux vous dire que c’est rare. Vous avez de la chance ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here