Le collectif de Pierre Cohen présente ses propositions pour renforcer les services publics

Lancé dans la campagne des municipales, Pierre Cohen et les membres de son mouvement Pour une liste unitaire souhaitent renforcer les services publics et le pouvoir d’achat des Toulousains.

Génération.s conference de presse
©Séverine Sarrat

Bien que le collectif Pour une liste unitaire, mené par Pierre Cohen, ne se soit pas encore positionné clairement quant à ses intentions pour les prochaines municipales, ses membres ont commencé à distiller leur programme. Après la mobilité, la semaine dernière, c’est au tour de leurs propositions en matière de pouvoir d’achat et de services publics d’être exposées. Deux enjeux cruciaux pour Pierre Cohen (Génération.s), qui brandit le mouvement social annoncé pour le 5 décembre, comme une preuve de leur délitement.

S’il est vrai que les mesures concernant le pouvoir d’achat restent globalement des compétences régaliennes, « certains leviers permettent aux municipalités d’agir sur le porte-monnaie des administrés », précise Sébastien Duffort de la Gauche républicaine et socialiste (GRS). D’abord au travers de la fiscalité locale. « Jean-Luc Moudenc l’a augmenté de 15 % au début de son mandat. Nous proposons de la stabiliser », poursuit-il.

Ensuite, en s’attaquant au sujet de la tarification des services publics. Pas question ici de gratuité pour tous, mais d’un prix gradué en fonction des revenus. Ainsi, si la gratuité est envisagée pour les plus démunis, un tarif social serait une première réponse. Dans les transports en commun par exemple, le manque à gagner « serait couvert par une augmentation des voyageurs via des mesures incitatives, par la contribution des collectivités et par la hausse de la taxe transports », détaille Pierre Cohen.

« Pour un meilleur accès aux services publics et moins d’opacité et de clientélisme »

Autre moyen d’action relevé par le mouvement : l’encadrement des loyers. « Il permettrait d’ouvrir le centre-ville plus largement qu’aux seules catégories socioprofessionnelles les plus favorisées », lance Sébastien Duffort qui dénonce la politique de gentrification menée par Jean-Luc Moudenc.

Une adaptation des services publics à l’évolution de la population toulousaine ayant pour objectif de « diminuer les inégalités en vue d’une réelle justice sociale », résume Pierre Cohen. Et, par adaptation, il n’évoque pas que les préoccupations tarifaires, mais interroge également le fonctionnement des organismes faisant référence à des propositions d’outils en ligne pour faciliter l’accès aux droits des plus démunis, d’étalements et de flexibilité des horaires d’accueil des établissements de petite enfance, ou encore de la réintroduction des crèches familiales ou des maisons d’assistantes maternelles. « Pour un meilleur accès aux services publics et moins d’opacité et de clientélisme. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here