Le parti Les Républicains veut conquérir 200 communes haut-garonnaises

Temps de lecture : 2 minutes

À la tête de la fédération départementale et nouvelle secrétaire générale adjointe du parti Les républicains, Laurence Arribagé dévoile sa stratégie de conquête pour les municipales de 2020.

Laurence-Arribagé Les Républicains Haute-Garonne

Il souffle un vent de réorganisation sur le parti Les républicains. Avec l’arrivée de Christian Jacob à sa tête, le 13 octobre dernier, Laurence Arribagé a été promue secrétaire générale adjointe en charge de la région Occitanie, un titre qui s’ajoute à celui de présidente de la fédération 31. Parée pour la bataille des municipales de 2020, elle assure avoir toute latitude sur la stratégie à mener : « L’avantage avec Christian Jacob, c’est qu’il est ouvert, rassembleur, consensuel. Sa seule ambition est de remettre le parti sur les rails, notamment à l’occasion de ces élections.

Et il n’a pas prévu de s’ingérer dans les affaires locales, estimant par exemple qu’un maire sortant peut constituer sa liste comme bon lui chante. » C’est ainsi que Laurence Arribagé et son équipe se positionneront derrière Jean-Luc Moudenc « comme c’est le cas depuis six ans, avec fidélité et loyauté ». Quand bien même ce dernier venait à bénéficier du soutien de Lrem : « Ce serait en fait une bonne nouvelle, car nous voulons conserver cette ville. ».

Agir pour les intérêts de la commune

Bien qu’il ne soit pas question d’accord national avec les marcheurs, les deux formations pourraient donc faire cause commune ponctuellement, « par exemple pour mettre la gauche dehors, dans une ville où elle est enracinée. On peut en discuter, mais sans alliance, chacun dans son couloir », insiste Laurence Arribagé. De la même manière, « parce qu’il est le meilleur candidat », elle soutiendra le maire sortant de Fronton, Hugo Cavagnac, alors que celui-ci est membre du mouvement Agir-Les constructifs. « Il faut travailler intelligemment : une élection municipale n’est pas une élection de parti. Ce sont les enjeux locaux, les intérêts de la commune qui priment ».

LR est aujourd’hui compte 100 élus au sein des 598 communes du département. La présidente de la fédération veut doubler ce chiffre en mars prochain : « C’est un objectif raisonnable. Compte tenu du contexte actuel, où l’on assiste à la fin de l’hégémonie du parti socialiste. C’est le moment de repartir à la conquête. » Le parti lorgne particulièrement les 90 communes de plus de 2500 habitants pour lesquelles il est en train de constituer des listes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here